Lire le communiqué de presse de Philippe Meunier du 24 septembre 2016 :

"Le gouvernement poursuit le démantèlement de notre filière nationale de l'armement terrestre. Nos compatriotes qui travaillent dans cette filière industrielle de souveraineté mériteraient plus de respect, de considération et d'attention.

Le gouvernement a fait le choix d'acheter à l'étranger le remplaçant du fusil d'assaut de nos forces armées (FAMAS), après avoir exclu de facto de l'appel d'offre nos entreprises nationales.

Cette décision du gouvernement est d'autant plus injustifiée que des entreprises françaises sont tout à fait capables de produire un fusil d'assaut de qualité et compétitif pour nos armées.

Avec ce marché de plusieurs centaines de millions d'euros, ce gouvernement poursuit malheureusement le chemin de la désindustrialisation, initié par la décision du Premier Ministre Lionel Jospin d'abandonner la production de munitions de petits calibres en France à la fin des années 90.

Avec cet achat sur étagère du remplaçant du FAMAS, François Hollande et le gouvernement vont plus loin encore dans le démantèlement de cette filière, en abandonnant la production de toute arme de petit calibre en France.

Cette décision est à l'image de la fusion de l'entreprise Nexter avec l'entreprise allemande KMW (Loi Macron Juillet 2015) qui aura pour conséquence ultime de mettre fin à la production de tout char lourd en France.

En effet, si rien n'est entrepris pour la remettre en cause, les Français doivent être informés que le successeur du char lourd "Leclerc" ne sera pas français.

De renoncement en renoncement, les gouvernements socialistes successifs auront ainsi détruit, pas à pas, cette filière de l'armement terrestre et ses emplois, faute de volonté et surtout pour ne pas avoir voulu croire en la compétence de nos ingénieurs et de nos ouvriers, reconnue pourtant dans le monde entier.

Le gouvernement communique avec raison sur la vente de nos Rafales, en oubliant ceux qui dans le passé ont pris la décision de lancer et de soutenir ce programme.

En annonçant, le jour même de l'achat du Rafale par les autorités indiennes, l'achat à l'étranger du remplaçant du FAMAS, François Hollande espère une fois encore tromper les Français en tentant de dissimuler sa responsabilité dans le démantèlement de la filière industrielle française de l'armement terrestre.

Cela n'est pas digne de la fonction. Il s'agit de la souveraineté de la France, de son industrie et de nos armées."

Télécharger ici le communiqué en format.pdf.

Comments are closed.